dimanche 15 janvier 2017

LE GRAND ROMAN DES MATHS


LE GRAND ROMAN DES MATHS
             
               DE LA PRÉHISTOIRE À NOS JOURS

Aaah les maths ! Une matière qui en aura traumatisé plus d'un sur les bancs de l'école, au grand dam de l'auteur, Mickaël Launay, grand passionné des maths, qui s'évertue depuis des années à les rendre accessibles et à les faire aimer au plus grand nombre. Enfin, plus précisément, à faire réaliser aux plus récalcitrants qu'ils aiment les maths sans le savoir : "La plupart des gens aiment les maths. L'ennui, c'est qu'ils ne le savent pas." Alors, à travers la grande histoire des maths, l'auteur tâchera de leur ouvrir les yeux à la beauté, à la poésie et au côté ludique et jubilatoire des maths, tel un conférencier qui parvient à rendre passionnantes les oeuvres d'un artiste obscur lors d'une visite guidée à une exposition.

C'est d'ailleurs de cette manière qu'il s'y prend, ce petit malin, pour endormir la méfiance du récalcitrant. Il l'entraîne dans les musées et sur les routes de l'Histoire, pour arriver à ses fins. C'est sur un ton badin, conversationnel, sur le ton du "pas de panique", "nous ne faisons que nous promener", "suivez-moi", "par ici, les amis", qu'il vous parlera d'abord des frises qu'on aperçoit dans cette salle dédiée à la Mésopotamie, et là, alors que vous êtes délicieusement bercés par cette balade culturelle, il vous sort, BAM, symétries, rotations, translations, en un mot, transformations géométriques !
Frises => symétries => géométrie => mathématiques. Ah mais oui, c'est que ça passe bien finalement, les maths, servies de cette façon !
Et c'est un peu dans cet esprit et de cette manière que l'auteur nous fera avaler les angles droits, les théorèmes de Pythagore et de Thalès, le nombre 𝝿, les équations, les nombres imaginaires, la loi de la gravité, les sinus et les cosinus, les probabilités, et j'en passe, de façon pédagogique, ludique (il nous invite même à un moment à inventer notre propre théorie mathématique !), concrète, instructive et scientifique. Un petit côté "Il était une fois la vie" version mathématiques.

C'est vrai que quand on vous explique les choses en les replaçant dans leur contexte, tout prend sens différemment. J'ai eu plusieurs "Eurêka !" et comme des éclairs de lumière à chaque révélation ou découverte, ce qui rendait ma lecture assez excitante. Oh, des petits riens, de l'ordre de l'anecdote historique la plupart du temps, mais qu'est-ce que c'est plaisant tout de même ! On se sent enrichi d'un nouveau savoir et le monde nous apparaît sous une nouvelle lumière, stimulant l'imagination à toutes sortes de possibles dans l'avenir, et la lançant sur de nombreuses pistes de réflexion.

Tiens, d'ailleurs, intéressant ce "débat sur la nature des mathématiques : sont-elles des inventions humaines ou ont-elles une existence indépendante ? Les mathématiciens sont-ils des créateurs ou des découvreurs ?"

Qu'est-ce que c'est fascinant aussi, quand on s'y penche de plus près, la façon dont nos connaissances ont évolué grâce à ces savants qui ont contribué à sortir notre monde des ténèbres de l'ignorance, avec un peu d'imagination, de curiosité, d'audace, mais aussi par leur passion pour la vérité, la précision et la recherche ! En fait, ce qui est réellement fascinant, c'est de réaliser comment ce qui semble si simple et une évidence aujourd'hui, a demandé, il y a des siècles, des années de travaux de recherche à des mathématiciens qui avaient recours aux moyens du bord et à des méthodes ancestrales. Aujourd'hui, pour nous, "tout" est acquis. Ne serait-ce qu'un simple calcul. En quelques clics de calculette, hop, c'est emballé, pesé. Merci à eux, on n'en serait pas là aujourd'hui !

J'ai adoré aussi l'idée qu'on pouvait retracer la "généalogie" d'un mathématicien, de chercheurs en chercheurs, maîtres, enseignants, directeur de thèse... L'auteur lui-même compte rien moins que Newton dans ses "ancêtres". Truc de fou !

Après, mon petit bémol, c'est que même si ça se lit bien, que c'est entraînant, qu'il y a l'aspect "histoire de l'humanité" qui parle forcément à tous, ça reste tout de même très mathématique et parfois assez pointu. Et quand l'auteur s'emballe, emporté par sa passion, et s'attelle à quelques démonstrations ou explications plus poussées, ça peut devenir fastidieux par moment, même quand on aime déjà les maths à la base (ce qui est mon cas).
Ceci dit, ça coule tout seul quand même si on ne s'attache pas trop aux détails ou à essayer de comprendre à tout prix ces aspects-là.

Sur le bandeau de la couverture, il est écrit : "Le livre qui vous fera aimer les mathématiques !" Personnellement, je trouve ça un poil exagéré (bien que j'ai aperçu quelques avis de personnes non-matheuses absolument enchantées par ce livre). Ou alors, aimer peut-être, mais pas forcément comprendre.
Ça m'a fait un peu penser à Shakespeare on the Toast, le livre qui promettait que j'adorerais Shakespeare une fois lu. Ça n'a pas vraiment marché sur moi, haha ! Certes, je lui reconnais son génie, mais après, j'y reste désespérément insensible. Je pense que pour les maths, c'est pareil pour certaines personnes. Quand ça veut pas, ça veut pas. Et c'est vrai que c'est dommage.

L'auteur
Mickaël Launay entre à l'ENS Ulm en 2005 et obtient une thèse en probabilités en 2012. Depuis plus de quinze ans, il participe à de nombreuses actions de diffusion des mathématiques pour les enfants et le grand public. En 2013, il crée la chaîne de vulgarisation Micmaths sur Youtube.

Intègre le  

20 commentaires:

  1. Je me suis trompée de blog, non, je suis chez Keisha ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahahaha ! Non mais j'adore les maths moi aussi (même si je n'ai pas son niveau, haha). Les chiffres, les histoires de logique, ça me passionne, et l'histoire des maths est plutôt fascinante en réalité.;-)

      Supprimer
  2. (la hyène hilare reprend du service en lisant le commentaire de Sandrine). La pauvre croyait qu'il n'y en avait qu'une pour faire ce coup là, mais non, tu t'y mets! (et si ce livre parvient chez moi,porté par tes petites mains, hein, rien ne presse, je me ferai un plaisir d'enfoncer le clou. J'adore les videos de l'auteur.
    Le problème c'est que comme j'aime les maths (et suis capable de zapper les démos si c'est trop complexe, faut pas pousser), comme je suis totalement d'accord avec l'auteur, je ne saurai jamais si ce livre est efficace pour faire aimer les maths, bouhouhou.
    Mais j'adore ce genre de livres, forcément.
    Quant à la grande question sur la nature des maths, j'avais eu droit à ça en stage, je crois, hé oui, finalement, on s'interroge...
    En tout cas ça m'a l'air pareil et différent du Bellos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quand on aime déjà les maths, c'est difficile de se rendre compte si un tel livre est efficace pour faire aimer les maths aux récalcitrants. Je pense vraiment qu'il faut avoir l'esprit disposé pour les apprécier et les comprendre. Je connais beaucoup de gens qui font un blocage ou qui paniquent dès qu'ils voient un nombre. Et je ne suis pas convaincue que ce soit lié à l'enseignement qu'ils en ont eus. C'est comme la poésie (ou le nature writing haha), quand ça veut pas, ça veut pas ! :-) En tout cas, j'aime bien la démarche de l'auteur, il y croit à sa cause haha, et puis il est tellement passionné, c'est assez amusant parfois.
      OK, je te mets ce livre de côté (je peux te l'envoyer aussi ceci dit), je me suis déjà notée Bellos ! :-)

      Supprimer
  3. Il n'y a pas un Grand roman du Français quelque part ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha ! Hé ben écoute, je viens d'aller vérifier ça sur le net, et je suis tombée sur "Le grand livre de la langue française" !! Et ça m'intéresse ! J'ai toujours adoré la linguistique et l'histoire des langues aussi ! Du coup je note, haha ! Bravo, tu arrives à augmenter ma LAL sans même me recommander un livre ! :-)

      Supprimer
    2. A lire les commentaires, on n'a pas de personne n'aimant pas les maths mais disposée à tenter l'expérience. C'est bien dommage.
      Tes références à la poésie (et au nature writing ^_^) finalement c'est bien vrai, mais quand à la poésie au moins j'en lis quand c'est inclus dans un texte (pas trop long, quoi)
      Moi aussi j'adore l'historie des langues et tout ça! Mais rien de très poussé, la linguistique pour les nuls, quoi. J'ai tout un rayon chez moi , Walter, Yaguello, Hagège, ces gens là. Pas très pointu mais passionnant. J'ai aussi des vieilleries sur la peur des maths, tiens je pourrais relire, histoire de paniquer mes visiteurs... ^_^

      Supprimer
    3. Aaah c'est fou comme les maths font peur.:-) M'enfin oui, quand je compare cette "phobie" ou ce désintérêt à la poésie et au nature writing, je m'identifie mieux.;-) Ceci dit, j'ai déjà eu de belles surprises avec la poésie, certains poèmes ont su me toucher tout de même, et je ne suis pas complètement insensible à la beauté de certains textes qui transpirent une certaine poésie tout en restant de la prose.
      Quant à tout ce qui touche aux langues, je suis une adepte absolue ! Yaguello était prof dans ma fac.:-)

      Supprimer
  4. Je me doutais que le bandeau "survendait" le truc :p
    J'ai trop de souvenirs douloureux avec les maths pour me laisser tenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais justement, ce livre est fait pour toi, haha ! Et honnêtement, je ne sais pas si c'est "survendu". Comme on se faisait la réflexion avec Keisha, quand on aime déjà les maths (ou si l'on n'a pas vécu de traumatisme), c'est difficile de se rendre compte si ce livre est vraiment efficace pour faire aimer les maths. Moi j'aurais tendance à penser que non parce que je pars du principe qu'on est disposé à aimer les maths ou on ne l'est pas, mais je me trompe peut-être. Tu pourrais nous éclairer sur la question en lisant ce livre, haha !

      Supprimer
  5. Ce livre pourrait m'intéresser bien que je n'aime pas les maths.
    Merci pour ta participation à mon challenge et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien lance-toi ! Ça se trouve, tu ressortiras de là enchanté par les maths ! :-) Plus sérieusement, je serais vraiment curieuse d'avoir l'avis d'un non-matheux que je connais un peu.
      Bonne semaine.

      Supprimer
  6. Je regardais le titre et je me disais non c'est pas possible qu'un livre puisse me faire aimer les math, j'en avais tellement horreur! :D
    (je fais partie ce celles qui ont été "traumatisées"!!! :D))
    Là si tu me dis qu'on peut y trouver de la beauté et de la poésie, ça me laisse sans mots :P
    Ça pique GRAVE ma curiosité!
    Il a écrit quoi d'autre comme livres cet auteur? Purée j'me dis qu'il doit quand même être ennuyant un samedi soir! (ohhhhh le gros préjugé...... ^^)
    Bisous et bon weekend à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahaha ! Mais justement, je pense que quand on est totalement affranchi de l'obligation d'étudier les maths, on peut se permettre, des années après, de lire sur les maths pour s'amuser, sans l'angoisse du problème à résoudre qui nous attend au tournant.:-) C'est un peu comme la lecture des classiques qui en ont écoeuré plus d'un au collège. S'ils lisent d'autres livres pour le plaisir par la suite, ils peuvent réaliser que la lecture, c'est un chouette loisir au final. Et peut-être même qu'ils reviendront aux classiques:-)
      Je ne sais pas ce que l'auteur a écrit d'autres, par contre il a fait pas mal de vidéos sur youtube. Tu peux peut-être y jeter un oeil, ça te donnera une idée du personnage et de sa façon de parler maths. Ça se trouve, tu seras séduite.:-)
      Bisous, bon weekend !

      Supprimer
  7. Je venais lire ton avis car je me demandais justement si ce livre pouvait convenir à des personnes versées dans les mathématiques. Du coup, ton bémol me rassure ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça correspond tout à fait à des personnes maths-friendly qui ne sont pas forcément expertes dans le domaine. Mais les experts devraient pouvoir apprécier également, tout comme les réticents aux maths peuvent y trouver leur compte.:-)

      Supprimer
  8. Je me marre... ça me rappelle nos discussions de salle des profs ou de cantine quand on parle, absolument exaltés, de notre discipline et que ça fait un bide total... Souvent quand c'est un littéraire entouré de scientifiques et inversement. Ou quand je me retrouve entouré de profs de maths et de physique pour déjeuner et que je me sens pas de leur monde...
    Donc "un livre qui nous fera aimer les maths"... ça c'est la vision du mathématicien qui est tellement dans son trip, qu'il ne comprend pas que tout simplement, ça marche pas avec tout le monde. Je pense que reverrait sa position s'il me rencontrait ! (dit la prof d'anglais qui n'est même pas capable d'aider des 5ème en maths à l'aide au devoir... haha!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-) Haha j'imagine bien les scènes en salle de profs ou à la cantine ! Bon, j'ai de la chance, j'ai toujours aimé les deux disciplines, littérature et maths, avec quand même quelques bêtes noires dans les deux, à savoir la poésie en littérature, et la géométrie en maths, mais ça peut passer quand même suivant la façon dont on me présente les choses.:-)
      Quant à l'auteur, à défaut de le rencontrer (mais je guetterai les occasions, haha), il faudrait que tu tentes son livre pour lui donner tort ou raison.;-)

      Supprimer
  9. Je suis irrrrrrrécupérable en maths alors si en plus y'a des passages pointus, ce n'est pas pour moi : j'aime que le rond qui passe tout seul ! Donc je passe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha "j'aime le rond qui passe tout seul". Bon, je n'insiste pas, je sens que le blocage est profond, mais ça me démange ! Qui sait si tu ne passes pas à côté DU livre qui te fera ENFIN aimer les maths ? :-)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...